Azyz Amami, figure de la révolution Tunisienne, passé à tabac par la police

Cet après-midi, 14 septembre 2011, le militant/blogueur/cyberactiviste Aziz Amami a été arrêté par la police après avoir raconté une blague évoquant des bananes devant un poste de police. Pour nos lecteurs étrangers, un peu de mise en contexte s’impose : lors d’un récent discours, Béji Caïd Essebsi, premier ministre tunisien, a comparé les éléments les plus violents parmi les forces de police à des singes. Aziz Amami, lui, est connu pour avoir refusé un poste ministériel à sa sortie de prison – la veille du départ de Zine el-Abidine Ben Ali, ainsi que pour avoir un sens de l’humour particulièrement caustique et dévastateur.

Il a été emmené au poste de police, rue de Yougoslavie, à Tunis, où il a été violemment tabassé.

Le sens de l’humour d’Azyz, fort apprécié de ses amis et de ses nombreux fans, n’est à priori pas partagé au sein des forces de police. C’est le premier constat que l’on peut faire dès à présent. Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant de la suite.

(cliquez sur l’image pour télécharger au fond d’écran réalisé à l’occasion)

Tags:

2 Réponses à “Azyz Amami, figure de la révolution Tunisienne, passé à tabac par la police”

  1. 15 septembre 2011 à 12:24 #

    C bien fait

    • 15 septembre 2011 à 15:26 #

      Peut-être pourrais-tu être un tantinet plus explicite dans ce qui motive cette assertion ? :)

Laisser un commentaire