Zaba le Geek : Do be Evil


Reflets.info est un blog d’hacktivistes particulièrement impliqués dans les opérations liées au Printemps arabe. 

Edit : On nous souffle dans l’oreillette que la présence d’emails tunisiens écoutés dans les manuels Amesys pourrait cacher une réalité bien plus complexe que la simple présence de matériel Amesys en Tunisie. L’enquête se poursuit.

Dans la suite du long épisode (qui est loin d’être terminé) sur les technologies de surveillance utilisées par les Etats, Reflets, qui sait avoir une longueur d’avance, révèle depuis quelques semaines la possibilité (une formulation journalistique) de l’utilisation d’une ou de plusieurs installation Amesys pour écouter la population Française en redirigeant vers des législations peu regardantes (comme la Libye de Kadhafi) une partie du trafic internet du pays des Droits de l’Homme et du fromage.

C’est le dernier épisode en date – ponctué par un coup d’éclat dont Wikileaks a le secret – d’une très longue investigation qui remonte à plus d’un an. Les nostalgiques pourront jeter un oeil a ces entretiens télévisés, qui datent d’avant le printemps arabe, à l’époque où les marchands d’armes numériques avait le courage (ou l’inconscience) de venir échanger avec les membres de Reflets sur un plateau TV (ici et ici).

Aujourd’hui, après Reflets, Owni, ou le Wall Street Journal, c’est Wikileaks qui publie une série impressionante de documents, brochures et présentations habituellement destinées au petit cercle de l’armement numérique.

Parmi ces documents, l’un d’eux, relevé par un TnTweeple, prouve ce que tous ceux qui s’interessent au sujet et à la Tunisie soupçonnaient depuis longtemps : la présence de technologies Amesys/Bull en Tunisie, surveillant à peu près tout ce qui bouge, en particulier dans le milieu des affaires et de la finance. Rassurez vous, les personnalités politiques, les blogueurs et le monde des avocats ne sont pas oubliés.

Le sens des affaires affuté de la famille Trabelsi se dotait ainsi d’un atout supplémentaire : pouvoir cibler au mieux ses proies. On est d’autant plus efficace dans une négociation qu’on connait le compte bancaire de son interlocuteur et son bilan comptable aussi bien que lui. Accessoirement, on évitera au passage d’aller perdre son temps à racketer une entreprise déficitaire qui s’avèrerait, même si on la vole, une mauvaise affaire.

Mais au delà des capacités des logiciels développés par Bull et destinés à surveiller la population, du simple échange de mail en passant par les comptes bancaires, les conversations téléphonique ou les chats, le fait que le manuel du logiciel en question ait été réalisé à l’aide d’exemples de surveillance d’employés de la Banque Internationale Arabe de Tunisie révèle que le pays qui a initié le printemps arabe a probablement été le premier à faire l’objet de l’installation de telles technologies.

Trois millions d’internautes, le taux de pénétration d’internet le plus élevé du continent Africain, la Tunisie est, pour une nation comme la France, une étape clé dans la mise au point de l’internet civilisé. L’étape ultime permettant non seulement de résoudre les nombreux bugs d’une technologie de pointe pas encore au point, et une dimension qui permet par la suite d’appliquer tout cela à un pays plus grand. Disons 10 fois plus grand, en terme de nombre d’internautes, comme… La France.

Tags: , , ,

Auteur:Reflets.info

Reflets.info est un blog d'hacktivistes particulièrement impliqués dans les opérations liés au printemps arabe.

Aucun commentaire pour l'instant.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.