French revolution: upload in progress

Monsieur Le Président de la République,

Hier, pendant que vous célébriez votre victoire sur 48,13% du peuple français, des individus qui s’étaient invité à la fête, sont venus brandir des drapeaux qui ne sont pas le drapeau français, pour lequel vous avez sollicité d’être l’étendard.

L’encre du décompte n’était pas encore sèchée que les réseaux sociaux débattaient sur la légitimité de drapeaux algériens, marocains et tunisiens place de la Bastille, puisque soyons honnêtes, ce sont de ceux là dont il s’agissait dans la polémique.

Monsieur le Président vous aurez de lourdes taches, parmi lequel la résorption du chômage, la croissance, et tous ces sujets très techniques pour lesquels je fais plus confiance à la technocratie qu’à mes idées même si vous ne devez pas, à mon sens, perdre de vue le bon sens populaire.

Au delà de ces sujets pour lesquels l’alternance politique ne me paraît pas être la solution sui generis, il convient Monsieur le Président, de trouver le moyen de revenir à une cohésion nationale. Vous aurez et sans doute vous avez saisi et pris la mesure du fossé qui sépare nos deux France, la votre, et la notre.

La polémique des drapeaux, appelons là ainsi, en est l’ultime démonstration.

Qu’a vu votre France ? Des drapeaux étrangers brandis place de la Bastille et peu sinon pas de drapeaux français.

Qu’à vu ma France ? Des personnes dont on nous a dit qu’elles haïssaient la France, qu’elles la bafouaient, qu’elle la méprisaient, qu’elles n’y étaient ni intégrées ni à leurs place, des personnes bouffeurs de hallal, porteurs de voiles, fraudeurs au système social, profiteurs du système tout court, des personnes d’apparences musulmanes un couteau entre les dents, des auvergnats du sud de la méditerranée. Ma France a vu tous ces gens là Monsieur le Président, elle a vu tous ces gens là, ennemis de la France nous a-t-on dit, elle a vu tous ces gens célébrer la victoire, la votre, à l’élection présidentiel française. Ces gens là sont venus célébrer le nouveau Président de la République française, avec leurs mots, avec leurs maux.

Ma France y a vu un espoir incroyable, celui de toute une frange de la population qui ne sortait qu’aux victoires aux phases finales de la coupe du monde de football, où à la moindre étincelle politique de clivage karcherisant. On a cru un temps qu’ils étaient perdu pour la république, les perdus de la république, sacrifiés sur l’autel infernal de la mondialisation culturele, des inégalités géographiques allant des territoires outre périphériques aux pays outre méditerranée.

Et puis non. Voilà qu’un 6 mai 2012, contre toute attente, alors que la France, les français vous élisent Président de la République, voilà que ces mêmes gens sortent dans la rue fêter cette victoire, fêter la république française, fêter leur nouveau président.

Monsieur le Président de la République, retenez simplement qu’ils sont venus, qu’ils étaient là. Regardons ce premier pas comme ce qu’il est, un premier pas. Hésitant, peut-être, pas habile, sans doute pas la foulée d’un grand sportif, mais ce pas a été fait. Monsieur le Président de la République, vos enfants maudits sont de retour, accueillez-les les bras ouverts, et tant pis pour cette histoire de drapeaux. Sachez Monsieur le Président que ce drapeau, c’est un peu tout ce qu’il leur reste, qu’on leur a donné beaucoup, mais pas de la bonne manière et pas les bonnes choses. C’est un peu le seul lien qui les rattaches, pensent-ils à un système dont ils ne sentent pas exclus, stigmatisés.

Le pire Monsieur Le Président de la République, c’est qu’ils sont venus avec des drapeaux qui ne sont pas les leurs, car leurs pays, qu’ils le veulent ou non c’est la France. Et qu’hier, ils ont prouvé qu’ils le voulaient.

Ne voyez pas l’apparat, voyez l’Homme. Et hier celui-là était là. Qu’il se soit banni ou qu’on l’ait banni. Il était là. Chez vous, chez nous, chez lui.

Alors prenons lui la main, cette main tendue, et dans cette main mettons lui le drapeau tricolore, donnons lui le drapeau tricolore, rendons lui son drapeau tricolore.

Il faut leur répondre Monsieur le Président, et leur envoyer un message fort. Plus fort que des paroles. Ils sont venus à vous, avec ce qu’ils pensent avoir de plus chers, ce drapeau qui a fait couler tant d’encres. Allez vers eux. A l’intégration, répondez par le cohésion. Créez je pense un secrétariat d’état à la cohésion nationale. Oubliez le ministère aux banlieues, et tous les qualificatifs stigmatisant, excluant. Parlons un. Car la France est une est indivisible. Agissez, vite, bien, car l’attente est là, immense, nécessaire.

C’est peut être naïf me direz vous, plus compliqué qu’il n’y semble, moins évident. Monsieur le Président de la République, c’est avec des rêves qu’on fait des réalités. Vous en avez fait, hier la plaisante expérience.

Tags: , , ,

Auteur:Karim Guellaty

Entrepreneur et bloggeur Franco-Tunisien, particulièrement au fait de la situation Tunsienne, Karim Guellaty s’était fait remarquer sur Twitter, entre autre, par la précision des renseignements qu’il avait donné sur les péripéties de la fuite de Ben Ali.

12 Réponses à “French revolution: upload in progress”

  1. Janus24
    7 mai 2012 à 16:19 #

    Juste magnifique !
    Merci d’avoir mis des mots sur mes pensées

  2. djrom
    7 mai 2012 à 16:32 #

    « Le pire Monsieur Le Président de la République, c’est qu’ils sont venus avec des drapeaux qui ne sont pas les leurs, car leurs pays, qu’ils le veulent ou non c’est la France. Et qu’hier, ils ont prouvé qu’ils le voulaient. »

    Sous Sarkozy on appelait ça une arnaque filée.

    Ils l’ont prouvé en s’excluant ?

    J’ose croire que les quelques porteurs de drapeaux n’ont rien compris et qu’il ne sont pas représentatifs de cette France La.

  3. levur
    7 mai 2012 à 16:40 #

    « Le pire Monsieur Le Président de la République, c’est qu’ils sont venus avec des drapeaux qui ne sont pas les leurs, car leurs pays, qu’ils le veulent ou non c’est la France »
    ??
    Tu dis des chose très intéressent mais là c’est absolument pas logique : tu ne représente pas ta fierté d’appartenir a un pays avec un drapeau d’un autre !

  4. 7 mai 2012 à 18:09 #

    @levur

    à chacun sa façon de répondre à l’amalgame fait, à la stigmatisation.

    On n’arrête pas de les pointer des doigts, de dire qu’ils ne sont pas français..à force ils finissent par le croire..et à force ils se retranchent dans le communautarisme

    ils ont fait un pas hier, comme le dit mon cher ami Karim, un premier pas en fêtant la république, en fêtant les valeurs de la république qui ont triomphé hier. que voulez vous de plus? qu’ils rangent leurs drapeaux non français? faites un pas vers eux, maintenant qu’ils ont fait le premier pas, et vous verrez si ils le rangent ou pas.

    le malaise est très profond et ils faudra des générations pour que la plaie cicatrise, alors laissez le temps au temps et faites ce qu’il faut pour panser les blessures de la république française, celle de Zola et de Hugo, pas celle de Sarkozy et de Le Pen.

  5. 7 mai 2012 à 20:47 #

    Joli texte, je rejoins une bonne partie de votre réflexion içi : http://laveriteenmarche.tumblr.com/post/22589186276/bernes-par-des-drapeaux
    J’ajouterais simplement que la France est un de leur pays, parmi d’autre, la citoyenneté ne se dissous pas dans l’addition des nationalités 🙂

  6. P'tit Nico
    7 mai 2012 à 20:51 #

    Très bel article.
    Merci.

  7. anon
    7 mai 2012 à 21:03 #

    « Car la France est une est indivisible ». → Car la France est une et indivisible.

  8. Didyme
    8 mai 2012 à 00:28 #

    Cette polémique sur les drapeaux me rappelle la proposition de Le Pen d’interdire la double-nationalité. Je pense que ceux qui inondent les réseaux sociaux de messages haineux à propos des drapeaux qui étaient place de la Bastille dimanche font le jeu du FN, ni plus ni moins.

    Il faut s’opposer à ces idées nauséabondes, les législatives arrivent dans un mois, il ne faut pas laisser un seul député de cette formation politique dangereuse entrer au parlement.

  9. karenax
    8 mai 2012 à 07:26 #

    redescend sur terre, si ils avaient ces drapeaux c’est bien qu’ils haïssent la France, ils sont simplement heureux que la France est un nouveau président laxiste qui va leurs permettre d’encore plus s’imposer par la violence dans notre pays.

  10. 8 mai 2012 à 12:31 #

    C est de la démagogie … 

    Essayez de brandir des drapeaux Français lors d élections à l’étranger : n importe oú : en Allemagne, Italie , autres …

    Je pense que la nation française n existe plus ou se fait marcher dessus en disant  » encore – j adore être bafouée  »

    Lorsque la Ve république ne sera plus et que le code civil aura été remplacé par autre chose … Il ne vous restera que les yeux pour pleurer …

  11. oula!
    15 mai 2012 à 01:35 #

    Une tempête dans un verre d’eau.

    Au fait, « 27, 28, 29 juillet 1830 », ça fait référence à ça :

    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a7/Eug%C3%A8ne_Delacroix_-_La_libert%C3%A9_guidant_le_peuple.jpg

    Salut la Tunisie !

  12. Rémi Eilenbecker
    20 novembre 2012 à 13:27 #

    FRANCAIS Réveillez-vous……..

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.